> Education prioritaire (TYPES DE DOCUMENTS) > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, observatoires... > Evaluations Repères 2023 de début de CP, CE, CM1 : malgré les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Evaluations Repères 2023 de début de CP, CE, CM1 : malgré les dédoublements, les écarts entre EP et hors EP restent stables ou même augmentent depuis 2019 sur certains points (Depp, avril 2024)

24 avril

Evaluations Repères 2023 de début de CP et de CE1
Note d’Information Depp n° 24.13, avril 2024

En début de CP, les résultats en français comme en mathématiques sont stables et comparables à ceux de 2019. Les exercices les moins réussis sont "reconnaître les différentes écritures d’une lettre" et "résoudre des problèmes". Les exercices les mieux réussis sont "comprendre des textes à l’oral" et "lire des nombres entiers".

En début de CE1, en français, les résultats sont stables ou en légère baisse ; les exercices de fluence demeurent les moins bien réussis et l’exercice d’écriture de syllabes le
mieux réussi. En mathématiques, la réussite des élèves est comparable ou légèrement supérieure par rapport à 2022 ; les élèves demeurent en difficulté face à la résolution de problèmes et au calcul en ligne.

En CP comme en CE1, les écarts de performances entre les élèves scolarisés hors éducation prioritaire (HEP) et ceux en éducation prioritaire (EP) sont stables entre 2022 et 2023 pour la majorité des domaines évalués en français et en mathématiques. Ces écarts reviennent globalement à des niveaux comparables à 2019, hormis la comparaison de nombres en CP dont l’écart se réduit sensiblement.

En mathématiques, comme les années précédentes, les performances des élèves selon le sexe se renversent à l’entrée en CE1 : les garçons y présentent de meilleures performances que les filles, à l’inverse du début de CP.

[...] Entre 2019 et 2023, en CP, forte baisse des écarts de performances entre le public hors éducation prioritaire et l’éducation prioritaire sur la comparaison des nombres
Les écarts de performance entre les élèves scolarisés dans le secteur public hors éducation prioritaire et ceux scolarisés en éducation prioritaire retrouvent globalement leur niveau de 2019 en français comme en mathématiques, hormis pour « comprendre des phrases à l’oral » (+ 1,5 point), « comprendre des mots à l’oral » (+ 1,3 point) et une diminution notable de l’écart pour « comparer
des nombres » (- 3,4 points) æfigure 3. Entre 2022 et 2023, les écarts sont stables, après une réduction de ceux-ci entre 2021 et 2022 (voir figures 7, 8 et 9 en ligne).
Les écarts de performances sont également stables entre les élèves scolarisés dans le secteur public hors EP et ceux du secteur REP+ en français comme en mathématiques. Ils retrouvent globalement leurs niveaux de Proportion d’élèves présentant une maîtrise satisfaisante (au-dessus du seuil 2) selon le domaine évalué en mathématiques en début de CP (en %) Lecture : en début de CP, en 2023, 92,0 % des élèves présentent une maîtrise satisfaisante dans le domaine « lire des nombres entiers ».

[...] Entre 2022 et 2023, en CE1, stabilité des écarts de performances entre le public hors éducation prioritaire et l’éducation prioritaire
En CE1, en 2022, les écarts de performances entre les élèves du secteur public hors EP et ceux scolarisés en EP s’étaient stabilisés après une diminution constatée en 2021. Entre 2022 et 2023, ces écarts restent stables en mathématiques et en français, à l’exception de l’exercice « comprendre des mots à l’oral » dont l’écart augmente d’un point (voir figures 16, 17 et 18 en ligne). Les écarts reviennent à des niveaux comparables à 2019, hormis pour « comprendre un texte lu seul » (+ 2,2 points), « écrire des syllabes » (+ 1,9 point), « lire à voix haute des mots » (+ 1,7 point) et
« comprendre des mots à l’oral » (+ 1,1 point) æfigure 6.
Les écarts de performances entre les élèves scolarisés hors EP et ceux de REP+ demeurent stables en 2023, en français comme en mathématiques (voir figure 18 en ligne). Les écarts constatés en 2023 sont équivalents à ceux de 2019, à l’exception des domaines « comprendre un texte lu seul » (+ 1,6 point), « écrire des syllabes » (+ 1,7 point) et « lire à voix haute des mots » (+ 1,7 point).
Comme les années précédentes, en français,les écarts les plus marqués demeurent en compréhension orale : l’écart atteint 32,7 points en 2023 en compréhension de mots lus par l’enseignant (contre 32,0 points en 2022). En 2023, en mathématiques, les écarts sont les plus marqués en « résolution de problèmes » (22,1 points) et pour « placer un nombre sur une ligne graduée » (15,0 points).
Depuis 2019, les écarts entre les performances des élèves scolarisés hors EP et ceux de REP+ augmentent en français pour les domaines suivants : « écrire des syllabes » (+ 1,7 point), « lire à voix haute des mots » (+ 1,7 point) et « comprendre un texte lu seul » (+ 1,6 point). En mathématiques, les écarts sont stables pour les domaines dont la comparaison depuis 2019 est possible.

Extrait de education.gouv.fr d’avril 2023

 

Évaluations Repères 2023 de début de CM1 : meilleures performances des filles en français et des garçons en mathématiques
Note d’Information Depp n° 24.14, avril 2024

En début de CM1 : de meilleures performances pour les filles en français et pour les garçons en mathématiques
En début de CM1, en français, les élèves présentent le niveau de maîtrise le plus élevé en compréhension de l’oral et rencontrent des difficultés en lecture à voix haute, en orthographe grammaticale (« identifier la relation sujet-verbe ») et en grammaire (« reconnaître les principaux constituants de la phrase »).

En mathématiques, les élèves présentent des niveaux de maîtrise plus élevés pour l’écriture des nombres entiers et le positionnement d’un nombre sur une ligne graduée et rencontrent des difficultés en automatismes de calcul (« mémoriser des faits numériques et des procédures »).
Comme pour d’autres dispositifs d’évaluation, les écarts sont importants entre les élèves du secteur public et ceux du secteur privé, qui montrent de meilleures performances. Au sein du secteur public, les élèves scolarisés dans les écoles de REP et de REP+ sont plus souvent en difficulté.
En français, les filles sont plus performantes que les garçons, alors qu’en mathématiques, les garçons obtiennent de meilleurs résultats.

[...] Une maîtrise plus faible des élèves scolarisés en éducation prioritaire, notamment en lexique
Au sein du secteur public, les élèves des écoles d’éducation prioritaire ont la maîtrise la moins affirmée dans les différents domaines æfigure 4 (voir figure 8 en ligne).
En français, les écarts de maîtrise entre les élèves scolarisés dans le secteur public hors éducation prioritaire et ceux scolarisés en REP+ varient de 14 à 25 points selon les domaines évalués pour les proportions d’élèves présentant une maîtrise satisfaisante (au-dessus du seuil 2). Les écarts sont
supérieurs à 20 points pour le lexique (« savoir trouver des synonymes » et « savoir trouver des mots de la même famille »), la compréhension de l’écrit et l’utilisation des « marques d’accord pour les noms et adjectifs ». L’écart le plus marqué entre REP+ et public hors EP dépasse 25 points pour la
compétence « savoir trouver des mots de la même famille ». L’écart le moins important concerne l’écriture de mots sous la dictée (14 points) æfigure 5 (voir figure 8 en ligne).
En mathématiques, au sein du secteur public, les écarts entre les performances des élèves de REP+ et ceux scolarisés hors éducation prioritaire sont les plus marqués en résolution de problèmes (24 points). Les écarts les moins importants concernent la mémorisation des faits numériques (5 points) et la mémorisation de procédures (12 points), compétences mal maîtrisées pour la plupart des élèves, quel que soit le secteur de scolarisation. Les élèves entrant en CM1 dans le secteur privé ont
une meilleure maîtrise que ceux du secteur public dans l’ensemble des domaines évalués. Toutefois, les différences observées entre le public hors EP et le privé sont à relativiser en
raison de la structure sociale plus favorisée en moyenne dans le privé.

Extrait de education.gouv.fr d’avril 2023

Répondre à cet article