> ACTEURS et PARTENAIRES > Enseignants (Identité, Métier) > Enseignants (Etudes, Dossiers et Guides, Actes) > La pédagogie après deux années de pandémie (Luc Ria, directeur de l’Ifé, dans (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La pédagogie après deux années de pandémie (Luc Ria, directeur de l’Ifé, dans Le Monde de l’éducation)

9 février

« Ces deux années de pandémie ont fracturé le corps enseignant d’un point de vue pédagogique »
Depuis le confinement de mars 2020, les écarts entre les méthodes d’enseignement se sont accentués, notamment avec l’irruption du numérique, relève Luc Ria, professeur en sciences de l’éducation. Pour une partie des professeurs, « on ne reviendra pas à l’école d’avant ».

Professeur des universités en sciences de l’éducation, Luc Ria est également directeur de l’Institut français de l’éducation. Il a conduit pendant le premier confinement du printemps 2020 une enquête sur les pratiques pédagogiques des enseignants, et a recueilli près de 5 000 réponses. Depuis, lui et son équipe poursuivent ce travail par le biais d’une enquête qualitative au long cours avec une vingtaine d’enseignants pour comprendre comment la pandémie fait évoluer les pratiques pédagogiques.

[...] Le confinement de mars 2020 a été, selon vous, le point de départ d’une révolution pédagogique. Pourquoi ?
La culture de la classe est très forte en France. Cette forme scolaire est garante d’une unité de temps et d’espace qui permet à tous les élèves de bénéficier d’une offre d’enseignement commune. Le confinement du printemps 2020 a mis un frein brutal au groupe classe. Il a annihilé ce qui était possible et presque naturel pour les enseignants. Environ un tiers des enseignants se sont retrouvés en plein désarroi avec le sentiment que leur activité était empêchée, voire mutilée, un tiers a essayé tant bien que mal de rebondir et un tiers s’est penché sur des formes nouvelles d’enseignement et a construit de nouvelles ressources pédagogiques.

[...] Malgré tout, on ne reviendra pas à l’école d’avant car cette période a ouvert les possibles. Chaque enseignant a vu, lors de ces deux dernières années, des occasions de faire le travail autrement. Mais tout se joue à un niveau trop individuel. Toute cette pédagogie du confinement a été réalisée en bricolant, en braconnant. Mais, si ces initiatives ne sont pas relayées et prises en main par l’institution, la tentation est grande de repasser à une forme plus traditionnelle de transmission des savoirs, ne serait-ce que pour retrouver le groupe classe, cher aux enseignants.

Extrait de lemonde.fr du 08.02.2022

Répondre à cet article