> EDUCATION PRIORITAIRE (politique d’) > EDUC. PRIOR. Dédoublement, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille (Positions autres : observateurs, assoc., (...) > L’Institut Montaigne loue l’efficacité des dédoublements tout en relativisant (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’Institut Montaigne loue l’efficacité des dédoublements tout en relativisant l’effet de la taille des classes et propose d’y affecter les enseignants qui ont les "meilleures" pratiques pédagogiques

15 juillet

Pour une meilleure affectation des enseignants à l’école primaire
Par Baptiste Larseneur
Institut Montaigne

[...] Dans ce second volet de notre analyse des grands enjeux du quinquennat qui s’ouvre en matière d’éducation, Baptiste Larseneur revient sur le système d’affectation des enseignants et la priorité qui doit être donnée aux élèves les plus défavorisés socio-économiquement durant leurs premières années de scolarisation.

Après avoir rappelé que la qualité de l’enseignement dispensé au sein des petites classes est stratégique et constaté que notre pays se prive du principal levier de rééquilibrage d’un système particulièrement inégalitaire par une affectation à contre-emploi de ses enseignants, il formule plusieurs propositions pour refonder en profondeur les modalités de gestion des ressources humaines au sein du système éducatif français.

[...] Durant les premières années de scolarisation, l’effet maître affecte la performance scolaire dans son ensemble, mais ce sont les élèves les plus en difficulté qui en sont les plus grands bénéficiaires.

[...] Or, en France, le système d’affectation des enseignants - dit "du barème" - fonctionne à l’ancienneté selon le principe de l’indifférenciation des postes, à l’exception des quelques postes dits "à profil". Ce système conduit à l’affectation des enseignants débutants et de moins bon niveau académique - notamment par la politique des seconds concours - dans les postes perçus comme les moins attractifs, ceux situés en REP et REP+ où la difficulté scolaire est la plus importante.

[...] De la pleine efficacité de la politique de dédoublement des classes
Récemment, dans un article publié dans La Vie des idées, le professeur Pierre Merle déplore l’efficacité limitée de la politique de dédoublement des classes : "le dédoublement des classes est loin de compenser les différences de compétences entre les élèves scolarisés hors de l’éducation prioritaire et les élèves scolarisés dans les REP+ dédoublées. Le phénomène de rattrapage, observé à la fois en CP et CE1, demeure limité". Il ajoute que cette efficacité relative "pose la question des pratiques pédagogiques des enseignants" tout en déplorant que la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) qui a réalisé un état des lieux des différences de "convictions pédagogiques" des professeurs des écoles ne les relie pas "directement à l’efficacité limitée de la politique de dédoublement des classes".

[...] Autrement dit, la seule réduction de la taille des classes n’a qu’une incidence extrêmement faible, voire aucune incidence sur la performance des élèves, si l’on ne s’est pas préalablement occupé de modifier les pratiques pédagogiques des enseignants. In fine, un enseignant inefficace avec trente élèves le sera tout autant, voire plus, avec quinze ! (Crahay, 2000).

Extrait de institutmontaigne.org du 01.07.22

Répondre à cet article