> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Actions autres ou interdisciplinaires) > La classe plaisir : Le plan de travail "au choix" (Café pédagogique)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La classe plaisir : Le plan de travail "au choix" (Café pédagogique)

10 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

La classe plaisir : Le plan de travail "au choix"

Depuis deux ans, j’ai mis en place un plan de travail dans ma classe, que j’essaie d’améliorer un peu chaque année. Suite à la suggestion d’élèves il y a deux ans, il fonctionne en alternance : un jour plan de travail « fiches » (les élèves doivent faire des fiches autocorrectives en maths ou en français) / un jour plan de travail « au choix » (les élèves choisissent un projet : exposé, poème, texte libre, bricolage...). Tout projet doit être mené à son terme, puis présenté au reste de la classe. Le plan de travail « fiches » permet d’avancer dans le programme de maths et français, le plan de travail « au choix » permet aux élèves d’apprendre à choisir un projet, à le terminer jusqu’à ce qu’il soit présentable, puis à le montrer aux autres.

Cet été, l’un de mes « devoirs de vacances » consistait à rassembler en un seul document les bilans que j’avais demandé à mes élèves de remplir en fin d’année : l’un concernait le plan de travail « fiches », l’autre le plan de travail « au choix ». Et en compilant toutes les réponses des élèves concernant ce dernier, j’ai eu l’agréable surprise de constater non seulement qu’ils avaient vraiment apprécié ces moments (ce que j’avais déjà observé durant l’année scolaire), mais surtout qu’ils en avaient, pour la plupart, extrêmement bien compris l’intérêt en termes d’apprentissages.

Voici leurs réponses à la question « A quoi m’a servi le plan de travail "au choix" ? :

A utiliser la créativité – À travailler avec quelqu’un d’autre et à développer mes idées – À découvrir des choses – À connaître des choses car j’ai fait des exposés – À faire des projets, à inventer des histoires – À faire des choses librement de mon choix, comme le nom l’indique – À travailler plus en groupe – À construire des objets – À apprendre – J’ai appris à mieux dessiner – À choisir différents projets, en faire de nouveaux – À faire connaissance avec des élèves, à construire des choses, à imaginer – À réussir à travailler en autonomie et à ne pas décider toute seule – Le plan de travail m’a permis de faire des recherches et de fabriquer des objets – À construire des choses et aussi à apprendre plein de choses – À m’entrainer, à progresser et à travailler en autonomie – À faire du manuel et des recherches dans des livres pour faire des exposés.

J’avoue que, comme cela m’arrive souvent lorsque je laisse s’exprimer les élèves, ils m’ont « espantée » (comme disait ma grand-mère provençale) ! Quel plaisir de constater à quel point ils avaient investi ces moments, mais aussi de quelle manière ils en avaient saisi les enjeux et l’utilité.

Ce sont vraiment mes élèves qui légitiment mes choix pédagogiques. Il m’est souvent arrivé de douter de mes pratiques, surtout à mes débuts, lorsque je me sentais décalée par rapport à certains de mes collègues ou aux attentes (supposées) des parents ou de l’institution, parfois jusqu’à en faire des nuits blanches, mais plus le temps passe, plus je sens que je suis, grâce à la pédagogie Freinet, sur le chemin qui me correspond et me permet d’apporter le plus aux élèves.

Pour aller plus loin

1) Le Plan de travail

2) Le Travail individualisé

Charlotte Marin

Le site de la Classe plaisir

Extrait de cafepedagogique.net du 08.09.21

Répondre à cet article