> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Mixité sociale, Carte/Sectorisation > Mixité soc., Sectorisation (Dossiers et Guides) > Mixité sociale : en Belgique, l’indice socio économique (ISE) (conférence (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mixité sociale : en Belgique, l’indice socio économique (ISE) (conférence le 4 avril)

2 mars

Les apéros de l’Éducation

Discrimination positive ou mixité sociale ? Sur base de quelles analyses et pour quelles finalités ?
Mardi 4 avril - 18h à 20h (accueil 17h30)

Le lien entre l’échec scolaire des enfants et le statut socioéconomique des parents est une réalité admise tant par les chercheurs que par les décideurs. En tous cas pour ce qui est du lien de corrélation. Au niveau de la causalité du second sur le premier et des mécanismes qui œuvrent à reproduire ou perpétuer les inégalités sociales en inégalités scolaires, des nuances (parfois des abîmes) apparaissent dans les explications données par les uns et les autres.

Comment objectiver ce statut socioéconomique des familles ? Depuis 2000, la Fédération Wallonie-Bruxelles a une réponse à cette question sous la forme d’un indice socioéconomique (ISE) qui est attribué à chaque implantation scolaire de la Fédération. La mesure a été affinée au cours du temps pour reposer à ce jour sur une analyse partant des valeurs de sept variables qui prennent en compte les revenus du ménage, le niveau de scolarité des parents et leur secteur d’activités.

Comme tout outil statistique d’État, l’ISE a une valeur descriptive. Outre certaines précisions sur son calcul, ses atouts et ses manques, nous avons mis en relation l’ISE avec les réseaux scolaires, avec le spécialisé et avec la répartition géographique des implantations, en tenant compte du nombre des élèves qui les habitent.

Mais comme tout outil statistique d’État, l’ISE a aussi une valeur prescriptive. Il sert à discriminer de façon positive les écoles dont les publics sont les plus fragilisés. Comment ? Avec quelle efficacité ?
Au vu des effets de ces politiques, faut-il donc imposer la mixité ou consacrer des moyens importants aux victimes de la ségrégation sociale sans « toucher » aux publics des implantations ? Et au nom de quelles finalités ? Seulement pour réduire les inégalités scolaires ou défendre ce qu’est faire société ?

Pour répondre à ces questions et les mettre en débat avec la salle, nous avons invité trois intervenants :
 Benoît Jadin, président de CGé et auteur d’une étude « ISE... Qu’est-ce ça dit ? Qu’est-ce qu’on en fait ? » (décembre 2022),
 Choukri Ben Ayed, professeur de sociologie à l’Université de Limoges et chercheur au GRESCO (Groupe de recherches et d’études sociologiques sur les Sociétés contemporaines). Ce dernier était présent à un évènement de CGé et a répondu à nos questions qui seront présentées sous la forme de séquences vidéos.
 Bernard Delvaux est sociologue et a été chercheur au Girsef (UCLouvain). Après avoir longtemps travaillé sur les questions de ségrégation et d’inégalité, il s’interroge aujourd’hui sur la nécessité de remplacer l’École par une institution éducative poursuivant d’autres finalités au moyen d’autres pédagogies.

Informations :
 Quand ?
Mardi 4 avril 2023 - 18h à 20h (accueil 17h30)

 Où ?
Centre Culturel de Schaerbeek
Rue de Locht 91
1030 Schaerbeek

 Transport ?
Accessible en tram, en bus et à vélo, proche de la Gare du Nord (6 min. à vélo et 15 min. à pied).

 Paf ?
1 euro à payer sur place.

Extrait de changement-egalite.be

Répondre à cet article