"L’éducation prioritaire", une synthèse de la Depp, 50 p., mise à jour avril 2024

29 avril

L’Education prioritaire
Depp, juillet 2023, mise à jour avril 2024, 50 p.
Alexia Stefanou (DEPP-B3)

Cette Synthèse de la DEPP, actualisée régulièrement, fournit des informations concernant le profil social et scolaire des élèves scolarisés en éducation prioritaire et renseigne sur le profil des enseignants qui y exercent.

Les élèves en éducation prioritaire cumulent des difficultés sociales et scolaires
Un collégien et un écolier sur cinq sont scolarisés en éducation prioritaire. Dès leur entrée en CP, les écoliers éducation prioritaire (EP) rencontrent plus souvent des difficultés scolaires que les élèves scolarisés hors EP. Les résultats aux évaluations exhaustives nationales de début de sixième et les résultats au diplôme national du brevet montrent que ces difficultés persistent au collège. Après la troisième, les élèves scolarisés en EP poursuivent moins souvent leur scolarité en seconde générale et technologique.

Les moyens supplémentaires alloués aux écoles et collèges situés en EP permettent de réduire la taille des classes
Dans le premier degré, la taille des classes en EP a fortement diminué à partir de 2017, à la suite du dédoublement des classes de grande section de maternelle, CP et CE1. L’évaluation de ce dédoublement en réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+) a montré un impact positif, particulièrement visible sur l’apprentissage des élèves de CP. Les enseignants témoignent par ailleurs des effets bénéfiques sur le climat scolaire en classe.

Le profil des enseignants en éducation prioritaire
Dans le premier degré, 25 % des enseignants du secteur public sont affectés dans une école située en EP. Au collège, cette proportion est de 24 % des enseignants. Les établissements en EP accueillent relativement plus de jeunes enseignants. Les pratiques pédagogiques collaboratives y sont plus fréquentes.

Les collèges en éducation prioritaire ont une offre de formation plus riche
Les collèges publics dispensent en moyenne entre deux et trois dispositifs de formation parmi les sept suivants : Segpa, ULIS, UPE2A, section sportive, section linguistique, classe à horaires aménagés (CHA) et enseignement du latin et du grec ancien. Les collèges de l’EP en proposent entre trois et quatre.

Le climat scolaire vu par les élèves et les enseignants
Les collégiens scolarisés en EP ont une perception positive mais plus nuancée du climat scolaire de leur établissement que ceux hors EP. Les enseignants des collèges en EP ont quant à eux une perception du climat scolaire de leur établissement globalement moins favorable que les enseignants hors EP. Ils estiment que les classes en EP ont un climat moins favorable aux apprentissages et que le maintien de la discipline est une source de stress importante.

Télécharger la synthèse complète

Mise à jour : avril 2024

Extrait de www.education.gouv.fr d’avril 2024

 

Note du QZ Les pages 26 et 28 qui traitent de l’impact des dédoublements et de l’évolution de l’écart entre les performances en EP et hors EP s’appuient sur les données de 2019 et ne tiennent pas compte des résultats des évaluations nationales 2023 de début CP-CE-CM1 et de milieu CP publiées récemment dans des Notes d’information de la DEPP (voir la sous-rubrique Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, observatoires... )

Voir la synthèse de juin 2022

Répondre à cet article