> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > L’éducation prioritaire dans la Géographie de l’Ecole édition 2021, avec un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire dans la Géographie de l’Ecole édition 2021, avec un dossier sur les inégalités territoriales en éducation (Depp)

1er juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

L’ouvrage "Géographie de l’École - édition 2021" décrit le système d’éducation et de formation afin de mettre en lumière les disparités territoriales. Ses 36 fiches thématiques renseignent, sous forme d’indicateurs cartographiés et de courtes analyses, sur l’environnement économique, social et familial des élèves, sur le contexte scolaire, les moyens et ressources humaines mis en œuvre ainsi que sur les parcours scolaires et les résultats.

L’environnement social, économique et familial
Fiche 1 - La répartition des élèves par profil de territoire [pdf] - données [xlsx]
Fiche 2 - La démographie des 0 à 25 ans [pdf] - données [xlsx]
Fiche 3 - Le milieu social et le niveau de diplôme des parents [pdf] - données [xlsx]
Fiche 4 - L’environnement familial des enfants de 0 à 17 ans [pdf] - données [xlsx]
Fiche 5 - Le niveau de vie et la pauvreté des familles avec enfants [pdf] - données [xlsx]

Le contexte scolaire
Fiche 6 - La scolarisation dans le premier degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 7 - La scolarisation au collège [pdf] - données [xlsx]
Fiche 8 - La scolarisation en voie générale et technologique au lycée [pdf] - données [xlsx]
Fiche 9 - La scolarisation au lycée en voie professionnelle au lycée [pdf] - données [xlsx]
Fiche 10 - Les élèves de l’enseignement privé sous contrat [pdf] - données [xlsx]
Fiche 11 - La scolarisation dans l’enseignement supérieur [pdf] - données [xlsx]
Fiche 12 - La scolarisation dans l’enseignement supérieur par type de formation [pdf] - données [xlsx]
Fiche 13 - Les conditions d’accueils des collégiens et lycéens dans les internats [pdf] - données [xlsx]
Fiche 14 - L’école inclusive [pdf] - données [xlsx]
Fiche 15 - L’éducation prioritaire [pdf]
Fiche 16 - Les conditions d’accueil dans le premier degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 17 - Les conditions d’accueil dans le second degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 18 - L’équipement numérique dans les écoles et les établissements publics [pdf] - données [xlsx]

Les moyens et les ressources humaines
Fiche 19 - La dépense d’éducation par élève par le MENJS-MESRI [pdf] - données [xlsx]
Fiche 20 - Les dépenses d’éducation des départements par collégien et des régions par lycéen et apprenti [pdf] - données [xlsx]
Fiche 21 - Les enseignants du premier degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 22 - Les enseignants du second degré [pdf] - données [xlsx]
Fiche 23 - La mobilité géographique des enseignants [pdf] - données [xlsx]
Fiche 24 - Les personnels aux missions d’accompagnement et de prévention auprès des élèves [pdf] - données [xlsx]

Les parcours scolaires et les résultats
Fiche 25 - Début de CP : les évaluations nationales Repères [pdf] - données [xlsx]
Fiche 26 - Début de sixième : l’évaluation en français et en mathématiques [pdf] - données [xlsx]
Fiche 27 - Début de seconde : les compétences en français et en mathématiques [pdf] - données [xlsx]
Fiche 28 - Les inégalités sociales de compétences [pdf] - données [xlsx]
Fiche 29 - L’orientation en fin de troisième [pdf] - données [xlsx]
Fiche 30 - La réussite aux examens [pdf] - données [xlsx]
Fiche 31 - L’espérance d’obtenir le baccalauréat pour un élève de sixième [pdf] - données [xlsx]
Fiche 32 - Les jeunes en difficulté de lecture : focus sur la génération de jeunes nés en 1999 [pdf] - données [xlsx]
Fiche 33 - Les poursuites d’études des nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur [pdf] - données [xlsx]
Fiche 34 - L’insertion professionnelle des sortants de lycée professionnel six mois après leur sortie [pdf] - données [xlsx]
Fiche 35 - L’insertion professionnelle des sortants d’apprentissage six mois après leur sortie [pdf] - données [xlsx]
Fiche 36 - Les jeunes sans diplôme [pdf] - données [xlsx]

EXTRAIT FICHE 15

Les réformes de l’éducation prioritaire
La politique de l’éducation prioritaire a été initiée en 1981 avec la création des zones d’éducation prioritaire (ZEP). À la rentrée 1999, la carte de l’éducation prioritaire a été redéfinie et une nouvelle structure ajoutée : le réseau d’éducation prioritaire (REP). À la rentrée 2006, en lieu et place des réseaux existants dans l’éducation prioritaire (ZEP et REP), ont été constitués les réseaux « ambition réussite » (RAR) et
les réseaux dits de « réussite scolaire » (RRS). La plupart des RAR ont intégré le programme « écoles, collèges, lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite » (Éclair) à la rentrée 2011.
Depuis la rentrée 2015, le périmètre de l’éducation prioritaire a évolué.
Ainsi, les réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+) et les réseaux d’éducation prioritaire (REP) regroupent chacun un collège et les écoles de leur secteur.

Un collégien et un écolier du secteur public sur cinq en éducation prioritaire
À la rentrée 2020, en France métropolitaine et dans les DROM, 21,5 % des collégiens du secteur public (soit un peu moins de 574 000 collégiens) sont scolarisés dans un collège REP+ ou REP 15.1. Pour les écoliers du secteur public, cette part est de
plus de 20 % (soit 1 156 400 écoliers) 15.2.
Les départements ayant le plus de collégiens en éducation prioritaire (EP) présentent aussi le plus d’écoliers en EP, mais la proportion d’écoliers en EP est en général plus faible que celle des collégiens.
La répartition des écoles et des collèges en EP n’est pas homogène sur le territoire. Ainsi, 47 départements, plutôt ruraux de l’ouest de la France, ont cinq collèges ou moins en EP. À l’inverse, seize départements, d’Île-de-de-France, des DROM, le Nord, le Pas-de-Calais, les Bouches-du-Rhône, le Rhône et la Seine-Maritime, ont plus de vingt collèges en EP.

Les écoliers en éducation prioritaire sont plus souvent en difficulté scolaire
dès leur entrée en CP
À la rentrée scolaire 2020, l’ensemble des élèves entrant en CP a été évalué en français et en mathématiques. Les élèves entrant dans des écoles en EP sont plus souvent en difficulté dès le début de CP si l’on s’intéresse à la proportion d’élèves qui présente une maîtrise satisfaisante. En mathématiques, les différences les plus marquées sont constatées pour l’utilisation des nombres en particulier pour la résolution de problèmes avec 20 points d’écart au niveau national entre les écoliers de l’EP et ceux hors EP 15.3. La proportion d’élèves hors EP qui présente une maîtrise satisfaisante dans ce domaine est de 67 %, contre 50 % des élèves de REP et 41,5 % de ceux de REP+.
En début de CP, les écarts les plus marqués en français entre les écoliers de l’EP et ceux hors EP sont constatés en compréhension orale, notamment pour la compréhension de mots lus par l’enseignant (27 points d’écart au niveau national)

15.4. La proportion d’élèves hors EP qui présente une maîtrise satisfaisante dans ce domaine est de 72,5 %, contre 50 % des élèves de REP et 39 % de ceux de REP+.
Les départements où il y a le plus de différence de maîtrise dans ces deux domaines entre les élèves en EP et hors EP sont, en général, ceux où la part d‘élèves en EP est faible.

Des collégiens d’origine sociale défavorisée en éducation prioritaire
Plus de six collégiens des REP+ et des REP sur dix ont des parents ouvriers ou inactifs. Hors EP, c’est le cas pour moins de quatre collégiens sur dix 15.5. Les départements qui scolarisent le plus de collégiens défavorisés en REP+ ou en REP sont ceux du nord, de l’est, du sud-est et les DROM. 
Certains départements, comme ceux du nord de la France ou les Bouches-du-Rhône ont une forte proportion d’élèves en éducation prioritaire, très souvent issus de milieux défavorisés. Dans d’autres cas, la proportion d’élèves en éducation prioritaire est forte, mais le profil social moyen de ces élèves apparaît moins défavorisé que la moyenne des élèves en EP (Paris, la Nièvre ou la Corse).
(Voir les tableaux et cartes sur l’original)

Extrait de education.gouv.fr de juin 2021

 

Dossier : les inégalités territoriales en matière de résultats et de parcours scolaires
En matière de caractéristiques sociales, de réussite et de parcours scolaire, les disparités territoriales en France sont particulièrement marquées. Afin de mesurer ces écarts, l’utilisation d’un maillage fin, celui des cantons, permet d’opérer des comparaisons pertinentes entre territoires et de caractériser les facteurs qui doivent être pris en compte pour mieux comprendre ces inégalités. La réussite scolaire n’est pas directement corrélée au milieu social. Le type de territoire joue également un rôle dans les écarts. En termes de situation sociale, les écarts par rapport à la moyenne nationale sont plus prononcés entre type de territoire qu’ils ne le sont pour le taux de réussite au diplôme national du brevet ou le parcours scolaire. Les situations varient également d’une région académique à une autre : en Bretagne et dans les Pays de la Loire par exemple, les communes urbaines denses présentent des caractéristiques sociales et scolaires très favorables ; dans les Hauts-de-France et la région Grand Est, ce sont les zones périphériques qui semblent les plus favorisées.

"Géographie de l’École - édition 2021" - Les inégalités territoriales en matière de résultats et de parcours scolaires
Dossier complet à télécharger (pdf)

EXTRAIT (Les inégalités territoriales)

La géographie de la réussite au brevet par canton ne suit que partiellement celle du milieu social
L’analyse cartographique nationale des IPS par canton Carte 1 rappelle celle présentée dans (Murat, 2021a) au niveau communal. Elle fait clairement apparaître une concentration des cantons à IPS élevé autour des grandes métropoles, en particulier en Île-de-France, résultat déjà observé sur les revenus (Aerts et
alii, 2015). Les cantons les plus défavorisés sont nombreux dans le nord de la France, mais aussi le long d’une diagonale sudouest/nord-est, partant des Landes, passant par l’ouest et le nord du Massif Central, le sud de l’Orléanais, pour se prolonger
jusqu’à la Champagne et la Lorraine. Les DROM apparaissent comme des territoires très défavorisés.
La carte des résultats scolaires via les notes au DNB donne une image un peu différente Carte 2. Il existe un lien certain entre les deux informations et les cantons les plus favorisés socialement ont souvent une note moyenne plus élevée. Cependant, la relation n’est pas parfaite. En particulier, les grandes métropoles ne ressortent pas avec des résultats scolaires nettement meilleurs. L’ouest de l’Île-de-France, par exemple, se détache très peu en termes de réussite au DNB, alors que cette zone apparaît très favorisée socialement. Deux zones de réussite scolaire apparaissent : d’une part, le quart Nord-Ouest, avec la Bretagne et les Pays de la Loire où les cantons en réussite scolaire paraissent bien plus nombreux que ce que laisse attendre le milieu social ; d’autre part, un arc sud-ouest/nord-est, partant des Pyrénées-Atlantiques, passant par le sud du Massif Central, le haut de la vallée du Rhône, pour finir en FrancheComté. Cet arc se situe en dessous de la diagonale des difficultés sociales. Il passe par des zones favorisées comme la région
toulousaine ou les alentours de Lyon, mais comporte aussi des
zones moins favorisées, comme les Pyrénées-Atlantiques ou la Franche-Comté.
En termes de difficultés scolaires, le nord de la France ressort moins que ce que l’IPS laissait attendre. En revanche, le pourtour méditerranéen (en particulier la Corse) a des résultats assez bas. Cette carte est assez proche globalement de celle présentée par (Boudesseul et alii, 2016) pour les non-diplômés par canton.

Extrait de education.gouv.fr de juin 2021

Répondre à cet article