> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Une Webradio et des podcasts pour des enfants de 4 ans non francophones à la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une Webradio et des podcasts pour des enfants de 4 ans non francophones à la maternelle Rep+ Molière à Alençon

4 novembre 2022

Les Énergies scolaires #54 - Webradio dès 4 ans, un jeu d’enfant ?

Des enfants de 4 ans qui ne parlent pas français à la maison ou qui arrivent de l’étranger, c’est le défi auquel est régulièrement confronté Samuel Moreau, enseignant et maître formateur en REP+ à l’école Molière d’Alençon (61). Avec conviction, il a proposé à l’équipe éducative d’utiliser la webradio et les podcasts pour faire travailler les compétences langagières de ces enfants. Si les premiers mots au micro peuvent être hésitants, on sent rapidement une envie de s’exprimer et de se faire entendre. « Radio Molière, une radio super. Radio Molière une radio d’enfer ! » Récit d’un projet d’école qui ne va pas en rester là.

Je m’appelle Samuel Moreau. Je suis professeur des écoles ici, à l’école Molière, à Alençon, et je suis aussi maître formateur à l’Inspé d’Alençon.

Tout d’abord, le contexte et comment, moi, j’ai découvert la radio… J’ai participé à un webdocumentaire « Raconte ta ville », soutenu par [Réseau] Canopé. Lors de ce webdocumentaire, on nous a proposé de réaliser une émission de radio. Et donc, j’ai découvert le média à ce moment-là. Et j’ai vu ce que cela donnait ou ce que cela provoquait chez les enfants. Et donc, j’ai eu envie, moi, de le faire dans ma classe, avec mes élèves, mais des élèves assez particuliers parce qu’ils n’ont que 4 ans, ils sont en moyenne section. Et des enfants « particuliers » puisque nous sommes en zone prioritaire, en REP+, avec des soucis de langage. Des soucis de langage parce qu’ils sont allophones, parce qu’ils ne parlent pas bien français. Ils sont issus de communautés et dans ces communautés-là, on ne parle pas le français. Et donc, j’ai l’exemple d’une petite qui est très centrée sur elle ou [uniquement] sur des enfants de la même culture qu’elle, et le média webradio lui a permis vraiment de s’exprimer. Alors ça lui a plu, je pense que c’est le côté ludique, le côté micro, le fait aussi qu’on entende sa voix. Je pense que ça, ça a provoqué quelque chose puisque la première fois qu’elle s’est vraiment exprimée, elle a juste dit un « Bonjour », mais j’ai découvert sa voix avec la langue française. Elle a dit bonjour avec un sourire énorme et ça a déclenché chez elle, après, une participation assez active dans toutes nos émissions de webradio.

[Générique de Radio Molière dit par les élèves]

« Radio Molière, une radio d’enfer ! Une radio super ! Radio Molière ! »

[Fin de l’extrait]

Pour prendre la parole, nous avons mis en place – alors je dis « nous » parce que c’est un travail d’équipe, avec les enseignants de l’école… On a mis en place ce qu’on appelle « des sacs à voix ». Ce sont des petits ateliers qui nous permettent de travailler l’oral, l’articulation, comment on peut s’exprimer de différentes façons – soit on est en colère, soit on est joyeux… On s’entraîne à le dire avec des stylos dans la bouche… Enfin voilà, il y a ces ateliers-là. D’autres sont aussi très spécifiques à la construction d’une émission de webradio, notamment « le conducteur ». Donc les enfants travaillent avec des flash cards pour savoir ce qu’ils auront à dire. Il y a donc d’abord un travail sur les flash cards avec eux. Et puis ensuite, comme s’ils étaient en train de lire, on place le conducteur et eux, suivent avec le doigt la phrase qu’ils doivent dire et donc, on s’entraîne comme ça ; ils ont deux petits micros, j’ai un petit atelier dans la classe. Donc ça se passe souvent à l’accueil ou en atelier lorsque ce sont des ateliers tournants.

Extrait de extraclasse.reseau-canope du 13.07.22

Répondre à cet article