> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Excellence, Mérite, Compétition > En France, le niveau de diplôme crée un séparatisme dans les valeurs (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

En France, le niveau de diplôme crée un séparatisme dans les valeurs démocratiques et les choix politiques (The Conversation)

21 juillet

Comment le niveau de diplôme influence la crise démocratique
auteur
Vincent Tournier
Maître de conférence de science politique, Sciences Po Grenoble, Université Grenoble Alpes (UGA)

Université Grenoble Alpes (UGA) apporte des fonds en tant que membre fondateur de The Conversation FR.

Plusieurs indices attestent qu’il existe une profonde insatisfaction à l’égard de la démocratie en France : hausse de l’abstention, défiance envers les élites, renforcement des partis dits populistes, hausse de l’engagement protestataire, succès du complotisme.

Signe supplémentaire : depuis quelques années, des appels sont lancés en faveur d’une démocratie plus directe, que ce soit sous la forme de conférences de citoyens ou sous la forme de référendums d’initiative populaire, deux dispositifs pourtant très différents.

Comment expliquer cette situation ? Sans prétendre résoudre une question complexe, nous voudrions insister sur un facteur à la fois important et sous-estimé : le niveau d’éducation.

[...] Niveau de diplôme et valeurs post-modernes
Tous ces éléments sont confirmés par l’enquête sur les valeurs. Plus le diplôme augmente, plus on est favorable à l’égalité entre les sexes, à l’homosexualité, aux drogues douces, à une politique pénale moins sévère et à la préservation de l’environnement (graphique 3).

Diverses opinions sociétales en fonction du niveau d’études (EVS 2017). Par exemple, 20 % des diplômés de primaires disent que « l’avortement est toujours justifié » contre 60 % des diplomés de master. V. Tournier, Fourni par l’auteur

De même, les diplômés sont nettement plus réticents à l’idée de se dire fiers d’être Français (graphique 4). Ils sont plus facilement concernés par le sort des Européens et des immigrés, et ils critiquent plus souvent la conception généalogique de la nation (avoir des ancêtres français), ce qui explique le discrédit qui frappe l’expression « Français de souche ».

Extrait de theconversation.com du 14.07.22

Répondre à cet article